Canal des Moines

Description

Déjà présents au Moyen-Âge, ces deux ouvrages, toujours utilisés sont gérés par des associations syndicales comme l'ASA de la Marsanne (Association Syndicale Agrée) qui regroupe encore autour du canal des Moines, près d'une centaine d'utilisateurs. Réalisé entre 1344 et 1385 à l'initiative de Jean de Riveyra alors prieur de Valbonnais, et parallèle à la Malsanne, ce canal prend sa source au lieu-dit Champchauzat (Le Périer), longe le GR50 sur près de 5 kilomètres pour se terminer aux Nicollaux (Valbonnais) traversant de ce fait le village d'Entraigues du nord au sud-ouest. large de près d'un mètre et profonde de 50 à 80 centimètres, la conduite principale au fond dallé par endroits (cela facilite l'écoulement de l'eau quand la déclivité est faible) a des bas-côtés perméabilisés d'empierrement jointoyés. Elle est ponctuée de passages sous voûte maçonnée, de vannes régulant le débit et de quelques aménagements en béton postérieurs à sa création. L'arrosage proprement dit des parcelles cultivées résulte de très nombreuses rigoles secondaires dans lesquelles s'écoule l'eau lorsque l'on ouvre les vannes à clapet coulissant de l'embranchement.
Au XIXème siècle, même si l'on note l'existence d'un canal d'irrigation à Saint -Arey - l'ancien canal de la Baume : également géré par un syndicat, cet ancien canal utilisé jusque dans les années 1950 se déployait à flanc de montagne du lieu-dit "le Moulin" au nord du hameau de la Baume dont il porte le nom. Les habitants du village pouvaient disposer de l'eau à leur convenance, alors que ceux du hameau l'utilisaient à tour de rôle selon un cahier des charges précis. Si les archives signalent la présence de telles infrastructures à Prunières ou Mayres-Savel, l'étude du cadastre ancien met en exergue leur importance essentiellement dans les vallées de la Bonne et de la Malsanne : près d'une vingtaine de canaux, lesquels ne sont pas forcément baptisés, se côtoient sur seulement 4 communes (Valjouffrey, Entraigues, Le Périer et Valbonnais). Parmi eux une minorité est encore utilisée, dont le Vieux Canal à Entraigues. Tandis que le tracé de certains longe désormais des sentiers de randonnées, comme le canal des Charmettes à Valjouffrey, d'autres sont asséchés à l'instar du canal de la Douy sur la même commune. Cependant tous contribuent à singulariser le paysage par leurs conduites encore perceptibles, par les nombreuses vannes à clapet toujours en place et par les quelques aqueducs reconstruits en béton.

Ouverture

Toute l'année, tous les jours.

Tarifs

Accès libre.

Accès
  • 38740, Valbonnais
Vivez une expérience unique en Isère
Trouver votre expérience